Le réalisme politique justifie-t-il le maintien de Bachar Al Assad ?

0 3
SAMIRA MOBAIED
OPPOSANTE SYRIENNE

Le réalisme politique, moteur des actes politiques de la communauté internationale aujourd’hui, consiste à privilégier la logique coût-avantage afin de maximiser les intérêts des États en promouvant une politique étrangère fondée sur les affaires, les bénéfices économiques et le pouvoir et non sur les concepts des éthiques publiques qui ont contribué à la civilisation de l’humanité.
La relation entre les États-Unis et la Chine est l’exemple le plus connu de l’application du réalisme politique. Cette relation ne s’appuie pas sur une idéologie commune entre les systèmes existants, mais repose sur l’opportunisme politique et économique visant à maintenir une paix durable entre eux et un plus grand nombre de pays. Ainsi la morale publique est-elle étouffée et laisse place au réalisme utilitaire et politique.

Sur la base de ce principe, les nations démocratiques ne voient pas d’objection à collaborer avec des dictatures aussi longtemps que la nécessité économique l’exige.
Les grandes puissances imposent aujourd’hui leur domination par l’argent et par les armes. Cette tendance ne peut pas être vaincue par la seule lutte intellectuelle, mais certainement par les catastrophes successives qu’elle cause et qui montrent sa défaillance.

Le réalisme politique a supporté jusqu’à récemment les différences entre les systèmes économiques dominants. La façon dont la communauté internationale a géré le conflit syrien au nom du réalisme politique montre une dérive dangereuse dans ce sens. Le monde politique légitime l’usage de la violence et les crimes de guerre en Syrie et s’entremet avec des organisations terroristes comme avec le terrorisme d’état. Le principe du réalisme politique s’applique-t-elle ici vraiment ?
Est-ce que le réalisme politique justifie le maintien de Bachar Al Assad ?

La réhabilitation du régime Assad ne peut en aucun cas être considérée comme un bien par les puissances internationales. Du point de vue des intérêts mondiaux, le réalisme politique justifie logiquement le renversement du régime Assad pour les raisons suivantes :

Le régime Assad renforce le terrorisme mondial en refusant tout règlement à la crise. En cherchant à la résoudre par la violence, le régime Assad est le principal responsable du développement des organisations terroristes en Syrie et dans la région. Pour lui, le seul moyen de réprimer la quête du peuple syrien pour la liberté est de créer le terrorisme. Al Assad a libéré des djihadistes et a contribué de façon directe ou indirecte au financement de Daech.

Il est donc considéré comme un générateur de terrorisme dans une zone stratégique du monde alors qu’il n’est pas capable d’y exercer son contrôle. Il a créé un foyer de terrorisme et un environnement propice à la prolifération de toutes sortes d’extrémismes. Il n’est donc pas possible de vaincre le terrorisme à l’échelle mondiale sans résoudre au préalable la crise syrienne et changer le régime actuel étroitement lié à cette crise.

Les crimes et la violence non contrôlés envers les civils sans défense stimulent la haine et la soif de vengeance et poussent beaucoup de gens vers l’extrémisme où ils croient trouver une solution à leur propre souffrance.
Cette situation est un déclencheur essentiel de la vague de terrorisme qui se répand partout dans le monde et le prix à payer est énorme.

Aux pertes considérables en vies humaines s’ajoute le coût du terrorisme qui a atteint 53 milliards de dollars en 2014. S’ajoute à cela l’état de tension né dans les pays où la diversité confessionnelle et ethnique importante est devenue source de méfiance et d’inquiétude après avoir été source d’enrichissement.

Les avantages économiques que les pays impliqués dans la guerre en Syrie tirent de l’exploitation illégale des ressources naturelles syriennes et de la vente des armes coûtent très cher à l’humanité : c’est le prix de la haine et de l’intolérance qui se propagent. Alors que l’avenir de la Syrie dépendent uniquement du peuple syrien et c’est à lui que la communauté internationale doit tendre la main pour participer pleinement à la reconstruction économique et matérielle de la Syrie.

La question syrienne est devenue un problème international. Les politiciens sont amenés à justifier leurs décisions devant leurs peuples ; comment pourront-ils argumenter le fait de soutenir un terrorisme d’État ou de vendre des armes à des milices terroristes. Combien de temps pourront-ils étouffer la conscience populaire dans les pays développés et cacher le favoritisme des régimes terroristes, quels que soient leurs noms ?

Le régime d’Al Assad ne peut plus dissimuler ses crimes, les avantages gagnés aux pays qui le soutiennent ne valent pas les pertes, en particulier dans les pays où règne une grande diversité religieuse, ethnique et culturelle.
Sur le plan politique, le réalisme politique est sensé lutter contre la domination totalitaire. La Russie contrôle aujourd’hui toute la région du Moyen-Orient et en exclut complètement l’Europe malgré ses liens historiques. Elle affaiblit le rôle des États-Unis et désactive en profondeur le rôle de l’ONU.

Le maintien d’une paix durable pour le plus grand nombre des états est un objectif primordial du réalisme politique tandis que la présence du régime d’Assad menace la paix mondiale et la paix intérieure dans plusieurs pays où il génère terrorisme et extrémisme nationaliste. A la question “Est-ce que le réalisme politique justifie le maintien de régime Al Assad ?”, la réponse est Non.

Mais le réalisme politique montre bien ici l’absence d’alternative, chose évidente après cinq décennies d’absence de vie politique en Syrie. Cela ne justifie pas le maintien du régime terroriste mais suggère de soutenir les syriens pour construire un nouveau gouvernement démocratique et pluraliste qui aidera la communauté internationale à éradiquer le terrorisme créé par le régime actuel dans la région.

En conclusion, le réalisme politique face aux régimes criminels ne s’éloigne pas beaucoup de la morale politique qui vise à contrôler le risque et rien n’est plus dangereux qu’un régime terroriste au pouvoir.

.لقراءة المقال في اللغة العربية

هل توصي الواقعية السياسية بإبقاء الأسد فعلا؟..بقلم: د.سميرة مبيض

Leave A Reply

Your email address will not be published.