Les réfugiés et l’intégration

0 256

Yahia Hakoum

Il y a cinq ans, j’ai perdu ma qualification d’être humain et je suis devenu un chiffre parmi d’autres, ou dans le meilleur des cas, je porte la nouvelle qualification de réfugié. J’entends les gens parler de moi partout, dans les médias, dans les journaux, dans les programmes politiques des candidats, mais aussi dans les émissions spéciales qui traitent la question du terrorisme ou celles des problèmes sociaux. J’entends des personnes parler de moi d’une façon sympa pleine d’amour ou d’empathie. Cependant d’autres me considèrent comme un danger, me considèrent comme un problème socio-économique, dans des pays qui étaient déjà en crise même avant ma naissance. Ils me mettent toujours dans leurs chiffres : qu’ont-ils payé pour moi ? Combien je leur coute par mois ? Ou combien je leur rendrai une fois que je serai intégré. Mais ils me prennent toujours pour un chiffre. Ils me voient comme un facteur d’instabilité, un élément qui fragilise la société, ils vont même plus loin, jusqu’à me voir sans avenir. Ils veulent que je sois immédiatement productif, intégré, que je parle la langue, que je trouve un travail et que je paye des taxes. Personnellement je veux bien faire tout cela. Mais je veux aussi qu’ils reconnaissent que je ne suis pas un chiffre mais un homme, qu’ils reconnaissent mes études, mes expériences, qu’ils voient la force qui est en moi, qu’ils respectent mon parcours, qu’ils sachent que je ne suis pas venu ici par luxe. J’aimerais bien qu’ils sachent qu’au moment où ils parlaient de moi comme un problème d’intégration, j’étais en train d’apprendre leur langue. Lorsqu’ils parlaient de ma fragilité j’étais en train de passer mes examens alors que venais d’apprendre la nouvelle de la mort de mon frère. Au moment où ils parlaient de mon avenir inconnu j’ai obtenu un diplôme et j’étais admis dans 5 masters différents. J’aimerais qu’ils voient comment je me suis changé et comment je travaille pour changer le monde. Avant de me parler, à moi le réfugié, de l’intégration acceptez que je suis un humain comme vous. Malgré mon impuissance je suis assez puissant pour changer notre monde.

Leave A Reply

Your email address will not be published.